Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Creil : inquiétude à Gournay face aux maisons abandonnées

Article du quotidien "Le Parisien" du 24 octobre 2017

Après un départ de feu dans une maison abandonnée ce dimanche, les riverains de la rue Gournay s’inquiètent du danger que représentent ces maisons vides, détenues parfois par l’agglomération.

Le lieu est loin de l’effervescence qu’il a pu connaître dans les années 1970. Située au 35 de la rue Gournay, cette maison est l’ancien emplacement de la première boutique Stokomani, à Creil, qui s’appelait encore « Les soldes de Namani ». Aujourd’hui, la bâtisse est abandonnée. En partie murée. Dimanche dernier, dans la soirée, les pompiers ont dû y intervenir à la suite d’un départ de feu. La situation révolte une partie des riverains, qui alerte les pouvoirs publics sur la situation de cette maison depuis plusieurs années.

Ancien élu à l’urbanisme et instituteur, Jean-Paul Legrand ne décolère pas. Il a suivi l’incendie de près, dimanche. « Je n’ai pas vu de flammes mais beaucoup de fumée. Les pompiers sont restés plusieurs heures », assure-t-il.

Des trafics s’y opèrent

Cette maison, comme d’autres dans le quartier, est la propriété de l’agglomération Creil sud Oise (Acso), qui les a rachetées dans le cadre d’un plan de rénovation urbaine. « Quand l’Acso acquiert ce genre de maison, elle doit les démolir, peu importe le prix, souffle Jean-Paul Legrand. Il y a des verres cassés, toutes sortes de détritus, qui peuvent être dangereux pour nos enfants. »

 

Des habitants sont inquiets pour d’autres raisons. « Ce sont surtout des jeunes qui viennent trafiquer, avance l’un d’eux. De la fenêtre de ma chambre, je les voyais, le soir, se partager le contenu d’un sac. »

L’agglomération prône la patience

Le commissariat ne note pourtant pas de « problème particulier » dans le secteur. L’Acso assure avoir fait le nécessaire pour sécuriser cette maison. « Elle était murée et sécurisée, comme les autres habitations de ce type que nous possédons. Ces terrains sont, par exemple, régulièrement débroussaillés. Nous ne sommes pas responsables des vandales qui peuvent y pénétrer. »

Pour l’agglomération, le projet de rénovation en cours dans le quartier nécessite une vision plus large… et de la patience : « les habitants peuvent avoir l’impression que rien ne bouge. Pourtant, des travaux ont été menés au carrefour des Forges ou encore sur le Pont Y. » La maison ne sera donc pas démolie rapidement. « Il y a une logique à respecter, appuie encore l’agglomération. Les choses se feront progressivement. »

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog