Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Hypothèses sur la gestion de la crise sanitaire, économique et politique par Macron et le grand capital 

Macron va devoir agir mais... comment pourra-t-il à la fois répondre aux immenses besoins de la santé publique dans le cadre du service public en continuant de financer le capital et d’avantager les privilégiés ? Cela est impossible.

Pourtant il a certainement déjà une solution. Car cette crise sanitaire va permettre pour le capital d’achever (au sens d'exterminer) la gestion publique de la santé en expliquant que même avec l’immense dévouement des soignants l’Etat ne peut pas sérieusement dépenser un pognon de dingue.

Pourquoi ? Parce que les neo-liberaux comme les fascistes considèrent que nous devons soutenir la croissance ou plutôt sortir de la récession pour poursuivre une économie mondialisée fondée sur l’accumulation du capital et non sur des critères d’efficacité sociale et non pour construire une société régulée par la démocratie la plus avancée possible.

Pour eux, accrochés idéologiquement à leurs dogmes capitalistes sans lesquels le monde ne peut exister, l’Etat va devoir s’endetter. Mais si il est prêt à s’endetter pour renflouer et enrichir le capital en faisant payer le peuple, il va le faire surtout pour les entreprises afin de faire "redémarrer" une économie que les capitalistes les moins avertis ont mise sur le flanc en prenant des décisions complètement irrationnelles en mode panique, manipulés qu'ils ont été par plus grands qu'eux qui ont alimenté cette crise à dessein afin de se tailler la part du lion sur les marchés. En effet en politique comme en économie, il faut toujours essayer de voir les contradictions internes des phénomènes et il y a des contradictions entre capitalistes eux-mêmes qui sont et ont toujours été en concurrence.

Alors comment Macron, dans ces conditions, va tenter de résoudre la question pour nos hôpitaux ? Il va trouver une solution qui sera celle de remplacer la propriété et la gestion des hôpitaux publics par des fondations comme celles de Bill Gates qui apporteront des fonds. Mais la contre-partie sera probablement que la recherche et tous nos CHU et établissements publics devront dépendre d’un consortium privé mondial qui maîtrisera les politiques de santé dans plusieurs pays avec des financements privés que les populations devront rémunérer soit par les cotisations de sécurité sociale soit par leur propre épargne. Macron pourra ainsi dégager un plan de financement qui sera un énorme plan indirect d’endettement financé par les salariés.

L’avantage pour Macron c’est qu’il fait d’une pierre deux coups. Il évite que le grand capital soit contraint de payer la santé publique sur les profits et il fait drainer les cotisations salariées directement dans les caisses de multinationales de la santé qui investiront là où cela leur rapportera le plus. Ces multinationales placeront leurs hommes dans tout l’appareil d’état pour s’assurer un contrôle pérenne de la stratégie mise en œuvre. Dans le même temps Macron renforcera les moyens de coercition policière et le contrôle des populations contre les libertés syndicales et libertés publiques notamment par la généralisation des outils numériques d'observation et de fichage des citoyens en justifiant ces mesures sous prétexte d’ordre nécessaire face aux éventualités d’une reprise pandémique.

Confronté certainement à des mouvements de masse importants, il est probable qu'il sera très en difficultés politiquement et que le grand capitalisme pourra le remercier pour les services rendus et essayer de trouver une solution de remplacement. Je doute que la perspective des élections présidentielles soit cohérente dans une telle situation de crise politique qui risque de s'aggraver et qu'il est possible que des événements de masse par l'intervention des citoyens, qui vont vivre un recul social sans précédent, se développent considérablement.

Il faudra alors pour le grand capital prévoir, cela est sans doute déjà dans ses tuyaux stratégiques, une manœuvre politique pour avoir un coup d'avance comme il l'avait fait en 2016 avec l'opération de fabrication du pantin Macron pour briser LR et PS et gagner l'électorat de droite et de gauche pour une part, à l'illusion du "nouveau monde" dans laquelle sont tombés les citoyens les moins conscients de la lutte des classes. Solution de rechange au cas d'un séisme social qui se trouverait peut être dans les rangs du RN mais qui aurait le désavantage d'être trop clivante ou bien dans les rangs du PS allié à LR sur fond de consensus national pour sauver le pays, PS et LR qui pourraient accepter le job en échange de quelques concessions qui ne remettraient pas en cause le système capitaliste et sa croissance de plus en plus exploiteuse et destructrice des hommes et de la nature.

Du côté de LFI , du PCF et de la gauche radicale, si leurs dirigeants n'appellent pas à la bataille indispensable et préalable pour une Constituante dans les semaines à venir, ils n'armeront pas le mouvement populaire qui devra de toute façon ne compter que sur lui-même en créant ses propres formes d'organisations démocratiques et autonomes des institutions afin de développer des luttes à l'instar des gilets jaunes mais avec la nécessité impérieuse d'élaborer un programme et une stratégie démocratique.

Le monde d'après n'est donc pas écrit. Il dépendra des luttes des citoyens et de la capacité parmi eux des révolutionnaires à développer l'éducation populaire et à structurer des comités populaires d'action rassemblant largement et en premier lieu les prolétaires inorganisés, les jeunes des quartiers, les ouvriers et employés sur-exploités, les militants associatifs et syndicalistes de la base et toutes les "minorités" durement exploitées du prolétariat rural et urbain.

La techno-barbarie libérale est en marche, et le jour d'après sera un enfer pour les citoyens si on ne réagit pas politiquement rapidement pour le développement de la démocratie et le combat en faveur du système public de santé totalement démocratisé, toujours financé sur les richesses créées et avec l'objectif que sa part soit croissante dans le Produit intérieur brut. Ainsi pour tous nos services publics et pour la reconquête par les travailleurs de la gestion de la sécurité sociale et son financement par le capital les premières années puis par les richesses créés lorsque la société sera libérée de la domination capitaliste ce qui sera un processus dépendant du combat en France et aussi des luttes dans les autres nations . L’objectif des révolutionnaires doit être en la circonstance de populariser l’idée d’une sécurité sociale totale couvrant la santé, le travail et la formation, la retraite et les loisirs pour tous.

(Photo : peinture de Soulages : détails de stries noires - remarquez comme les formes et la lumière semblent déformer la ligne droite du hors champ - on dirait qu’il y a une terrible force intérieure qui s’apprête à transformer l’extérieur. Et si à l’intérieur de notre société les forces existaient pour sortir du cadre ? Photo que j’ai prise au superbe - Musée Soulages de Rodez)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog