Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

MACRON, les enfants des écoles, le déconfinement et le prolétariat

 

En déclarant que le 11 mai les écoles seraient réouvertes et que les enfants devraient s'y rendre, Macron a soulevé un courant de protestation et d'indignation légitime chez les parents d'élèves. Sur les réseaux sociaux les parents ne se sont pas fait attendre pour qu'aussitôt après sa déclaration certains s'expriment qui par textes véhéments ou inquiets qui par des vidéos annonçant que leurs enfant n'iraient pas le 11 mais à l'école si il n' y a pas de dépistages massifs. D'ailleurs dans les heures qui ont suivi des centaines de médecins rejoignaient l'avis des parents confirmant qu'il ne peut y avoir de déconfinement sérieux sans dépistages massifs au risque d'une nouvelle vague épidémique et de décès. Même le très sérieux INSERM confirmait dans une déclaration cette indispensable condition à un possible déconfinement : tester massivement la population.

Macron ne sait pas ce qu'est un jeune enfant ou alors il nous prend pour des abrutis. Mais au delà du fait qu'il n'a sans doute jamais élevé un jeune enfant et que si il l'avait fait il saurait qu'on ne maintient pas des enfants comme des petits soldats de plomb bien obéissants, il tente de justifier sa décision cyniquement en parlant des enfants en difficultés. Ben voyons !

On va envoyer les enfants les plus en difficultés souvent ceux des familles populaires se faire contaminer afin qu'ils contaminent le reste de la population. C'est criminel car dans le lot de contaminés il y aura des morts. Macron ne vise qu'une chose, remettre vite la classe travailleuse au boulot parce que ses amis du grand patronat veulent faire tourner les entreprises à plein régime vu l'argent qu'ils ont perdu pour un certain nombre d'entre eux, mais même lorsque les pertes sont limitées, l'aubaine est faramineuse pour exploiter davantage les salariés. La grande bourgeoisie capitaliste n'a que faire des êtres humains des classes populaires qu'elle méprise profondément, ni de leur vie et ni même de la vie de leurs enfants.

Macron est plus qu'un irresponsable, c'est un agent totalement cynique et conscient de la domination capitaliste qui est en crise et qui a tiré profit du covid 19 pour faire reculer les droits sociaux et politiques, faire peur à la population et la maintenir dans un état de coercition jamais connu en mettant en place un confinement qui est surtout et avant tout un outil stratégique de domination avant d'être un instrument de sécurité sanitaire. En effet , la seule stratégie raisonnable était le dépistage massif et la mise en quarantaine des personnes positives, ce que Macron s'est refusé de mettre en œuvre, contrairement à d'autres dirigeants comme en Allemagne ou encore à Taïwan ou en Corée du sud.

Je m'étonne que peu , trop peu de chroniqueurs et journalistes, voire même de citoyens, ne rappellent cela : sans dépistage massif il n' y a aucune stratégie sérieuse contre le virus, aucune ! Allons-nous nous décider à l'écrire et à le dire partout : sans dépistage, sans critères précis d'évaluation sur des grandes masses d'individus testés, il ne peut y avoir de déconfinement garantissant la sécurité des gens .

Or Macron a délibérément choisi le confinement sans dépistage massif, et en aggravant la situation puisqu'il a refusé de réquisitionner les sociétés industrielles dès début mars ce qui aurait permis de fabriquer 24h sur 24 des millions de masques pour la population. En adoptant une telle stratégie il va faire durer le confinement à sa guise et le lever à sa guise, tel le monarque absolu qui ne consulte plus les institutions de l'Etat puisqu'il les méprise au plus haut point, se considérant comme le seul médiateur entre la classe dominante et le peuple.

Faut-il être aveugle pour ne pas voir cette évidence et avoir perdu ou n'avoir jamais eu de conscience de classe pour ne pas se rendre compte de la manipulation politique extrême à la quelle se livrent les forces de l'argent en particulier en France puisque c'est en France qu'existe le dernier bastion de l'Etat que les bourgeois nomment l'Etat providence ? C'est pourquoi il faut revenir aux fondamentaux de la lutte des classes. Macron est l'homme de la classe capitaliste qui est capable d'utiliser le COVID-19 comme hier cette classe a été capable d'utiliser le chauvinisme pour envoyer les pioupious dans l'horreur des tranchées après avoir fait assassiner Jean Jaurès ou encore d'utiliser l'anti-sémitisme pour mater le mouvement ouvrier et favoriser l’ascension d'Hitler.

Comprenons bien que la classe capitaliste est confrontée à sa pire crise de toute son histoire, celle d'une accumulation du capital financier qui déconnectée de la production de richesses réelles enfonce les nations dans le paiement d'une dette astronomique financée par les peuples qui sont de plus en plus exploités.

Il est temps que les citoyens et les travailleurs s'organisent non pas en suivant des partis politiques qui sont pour la plupart des machines électorales et non des organisations d'éducation populaire et de pratique démocratique efficace, des organisations qui ont démontré qu'elles fonctionnent la plupart du temps pour le seul but de renouveler leur personnel politique et en fonction de motivations uniquement électoralistes.

Des millions de citoyens sont prêts à s'engager mais pas pour suivre un leader, ni pour cautionner une organisation qui aurait même un programme démocratique avancé, car ce qu'ils veulent c'est qu'ils puissent être eux-mêmes les maîtres de leur propre mouvement d'émancipation même si le chemin de cette aspiration est semé de difficultés. L'exemple que nous montrent les soignants, les salariés qui se dévouent pour sauver des vies, les salariés de l'industrie, des transports et du commerce pour assurer la sécurité alimentaire du pays est significatif de ce que la classe travailleuse est capable de faire, car c'est elle qui tient le pays à bout de bras et aucunement le gouvernement.

Cet exemple est à proprement le symbole démonstratif de la société d'émancipation future, cette action des gens qui font leur travail montre à quel point c'est bien ceux qui travaillent qui font vivre la société et que par conséquent il est paradoxal que ce ne soient pas eux qui la dirigent !

Tout cela nous invite à travailler à des solutions politiques radicalement nouvelles du peuple qui pourraient par exemple se fonder sur des comités populaires de lutte démocratique dans les quartiers, les entreprises, partout où se tissent les rapports sociaux et pendant le confinement sur les réseaux sociaux. Au fur et à mesure en gagnant l'autonomie d'action à travers de tels comités le peuple pourra construire son parti véritablement révolutionnaire avec sa théorie proclamant ses buts et ses méthodes d'action démocratique fondées sur une stratégie élaborée par les citoyens dans leur diversité.

Ce que nous prépare le capitalisme est une société techno-barbare de contrôle et de suivi de chaque exploité qui devra demain rendre des comptes systématiquement sur ses déplacements et sa vie personnelle comme cela l'est déjà aujourd'hui avec la présence contaminante du Coronavirus, d'autant plus contaminante que des millions de citoyens n'ont pas eu de masques FFP2 protecteurs à double sens ! La grande bourgeoisie avait utilisé la menace terroriste pour voter des lois d'exception, aujourd'hui elle tente de déstructurer la société avec un confinement inhumain qui, nous l'avons dit, aurait pu être évité en utilisant la seule stratégie raisonnable et utile, celle de la mise en quarantaine par dépistage massif.

Réveillons-nous citoyens, demain, il sera trop tard, les grands capitalistes nous préparent l'enfer. Certains ne croyaient pas que le pouvoir utiliserait une telle violence assassine et mutilante contre les Gilets jaunes, contre les soignants, contre les féministes, contre les zadistes, contre les migrants, contre les étudiants, contre les ouvriers, contre les jeunes du prolétariat.

Et pourtant Macron et sa clique de nantis tous issus des milieux d'affaires ont préparé la police à une répression féroce pour semer la peur et dissuader les différentes couches de la société de rejoindre le mouvement social de ces derniers mois. Ses discours incohérents sont intentionnels pour déstabiliser les gens et créer un climat de peur, une pression psychologique qu'il n'a cessé d'entretenir depuis le début de son mandat en insultant les gens, en les méprisant puis en les brossant dans le sens du poil, méthodes qui paraissant traduire un déséquilibre psychologique sont toutefois assez caractéristiques, lorsqu’on y réfléchit,  d'une manipulation de masse très perverse. C'est affreusement ressemblant à la démagogie classique du manipulateur politique.

En avoir conscience et ne pas se lever contre cela se serait se faire complice d'un mode de production et de consommation utilisant un appareillage médiatcio-étatique qui diffuse la haine et la division, le racisme et les pires idéologies obscurantistes dans le but de renforcer l'exploitation jusqu'à épuisement, exclusion du droit à la santé et donc jusqu'à la mort.

Or la classe capitaliste voit sa domination se heurter à la formidable et irrépressible tendance de la société à la fraternité, à la coopération et au partage, autant de valeurs qui sont rejetées catégoriquement dans les faits et de plus en plus par le capitalisme.

Nous n'avons qu'une solution, le combat, le combat démocratique de masse, dans la rue et dans les élections qui seront imposées par le peuple non pour choisir nos exploiteurs mais pour nous prononcer en faveur d'un nouvel ordre social , celui de la démocratie par l'action citoyenne, d'une nouvelle constitution, d'une République sociale vraiment populaire, c'est à dire dans laquelle le peuple aura les outils d'exercer sa pleine souveraineté.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog