Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Réflexion à propos du pouvoir

Du pouvoir

 

 

 

 

Il faut détenir une sacrée dose d'orgueil,  beaucoup de suffisance pour prétendre au pouvoir tel qu’il existe depuis la nuit des temps. Le pouvoir même sous ses apparences démocratiques de l’époque contemporaine reste pour l’essentiel le pouvoir personnel et personnifié dans des figures emblématiques, représentants d’une classe ou d’une caste. L'homme de pouvoir produit deux prototypes : l'homme d'Etat à la forte ambition et la petite crapule au médiocre dessein. Tous deux savent qu'ils doivent  fouler au pied les idéaux dont ils se réclament, déjouer les pièges de leurs adversaires, et les assassiner mentalement pour se forger le caractère intransigeant et décidé que la mission qu'ils  se sont donné exige. Mentalement ? Seulement selon les circonstances, car l'Histoire prouve que de la pensée aux actes, il n'y a que quelques bourreaux qui séparent le criminel de la victime puisqu'en dernière instance la fin justifie les moyens.

L'homme du pouvoir est un tueur, mais ce qui le distingue du malfrat ordinaire c'est qu'il est stratège. La petite crapule, elle, peut parvenir au pouvoir mais n'y reste  longtemps que si elle a su reproduire ses us et coutumes maffieux dans la hiérarchie de l’Etat. L’ homme d’Etat, lui, est un stratège de haut vol. Il connaît l'art de la guerre sociale avec ses méthodes,  ses manipulations mais surtout il a l'intuition de l'opportunité, de l'occasion. L'homme d'Etat  est un génie de la politique. Il réussit le tour de passe-passe d'apparaître ordinaire et donc humain et pourtant au-delà des contingences terrestres, presque proche des dieux. La petite crapule n'atteint jamais ces hauteurs, médiocre en humanité, elle est incapable de susciter le rêve, l'espoir, la grandeur. Tout au contraire l'homme d'Etat, figure vivante de la puissance doit aussi savoir produire   l'illusion d'un changement espéré afin que  la domination de classe se perpétue, en somme que les affaires continuent. Ainsi donc est la matrice séculaire de notre condition politique. Seule la révolution communiste brisera le moule abject de celle-ci. La petite crapule et l'homme d'Etat, ces criminels historiques seront enfin anéantis par le triomphe grandiose de la démocratie  !

 

Jean-Paul Legrand

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog