Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

REGARD POLITIQUE SUR LES 40 DERNIÈRES ANNÉES

REGARD POLITIQUE SUR LES 40 DERNIÈRES ANNÉES
 
Le débat que j’ai actuellement avec des militants sur le combat à mener pour sauver nos outils de production et les développer et suite à l’interrogation de certains sur la coopérative comme alternative m’a conduit à exprimer mon point de vue sur ce qui s’est passé ces 40 dernières années.
Mitterrand et la social-démocratie ont perverti le socialisme en menant une pédagogie politique du renoncement au combat de classe face au capitalisme. Alors que le programme commun de la gauche avait un contenu de début de dépassement du capitalisme avec certaines mesures qui étaient en rupture avec lui, ses gouvernements n’ont pas appliqué ce programme mais ont cédé au capital. Pire même, ils ont participé à préparer et à diffuser cette pédagogie du renoncement dans la classe ouvrière notamment en s’appuyant sur l’offensive mondiale contre les pays du socialisme réel et en s’appuyant d’ailleurs sur leurs contradictions et leurs insuffisances démocratiques.
Le PCF n’a pas su à l’époque prendre toute la mesure qu’il s’était engagé avec François Mitterrand, fin stratège, dans une voie mortelle pour le communisme et toute la pensée marxiste. Il a contribué , sans doute malgré lui du fait d’insuffisance d’analyse ou d’une analyse erronée (eurocommunisme?) à désarmer la classe ouvrière des principes historiques du parti léniniste qui repose sur une critique lucide des forces politiques et notamment celles de la social-démocratie et qui repose dans le même mouvement sur une organisation communiste en cellules d’entreprises.
En effet l'illusion qui a prédominé chez les gens durant cette période est que parce qu'il fallait l'union, ce qui est incontestable, il fallait taire les différences et donc au premier chef l'identité communiste afin de rassembler le plus largement possible. Erreur tragique qui a empêché le débat de fond sur ce qu'est le socialisme en occultant la question fondamentale de quel mode de production pour la France et par extension pour l'Europe et qui a aussi conduit à des caricatures sur les pays du "socialisme réel" entretenues non seulement par l'impérialisme mais aussi par toute une partie de la gauche y compris communiste qui balançait le bébé avec l'eau du bain sans fondamentalement apporté une critique marxiste sérieuse de ce qui se passait en Union soviétique notamment (Si vous connaissez des critiques dignes d'intérêt qui soient autre choses que les sempiternelles caricatures et âneries écrites sur l'URSS, merci de m'en faire part. Quand je dis sérieuses, je sais qu'il en existent en langue anglaise qui pour certaines ont été traduites menées par des chercheurs comme Stephen Cohen ou encore Moshe Lewin qui examinent l'URSS le moins possible à partir de préjugés idéologiques mais tentent de la resituer dans son contexte historique pour expliquer son évolution même si c'est deux là ce sont sans doute faits quelques illusions sur Gorbatchev qui fut à la fois un "réformateur" mais aussi de mon point de vue un liquidateur du socialisme) ? Car au sein du PCF on ne peut pas dire que les militants communistes aient été invités à étudier avec rigueur ce que certains ont appelé dans le langage idéologique courant "l'écroulement ou effondrement de l'Union Soviétique"
Les analyses comme celles du philosophe communiste Clouscard sur le virage libéral du capitalisme à partir des années 70 n’ont pas été assez prises au sérieux par la direction du PCF alors qu’elles auraient pu lui permettre de prendre la mesure de la mutation du capitalisme en France et voir que le capital avait mis en place toute une nouvelle stratégie d’aliénation politique des travailleurs qui passait par une première étape : l’affaiblissement du PCF qui était le seul parti marxiste ancré dans les entreprises avec des cellules militantes. Emportés dans un premier temps par l'enthousiasme d'avoir obtenu la signature d'un programme commun de gouvernement dont il avait l'axe central de leur politique, les dirigeants communistes ont sous-estimé la capacité du capital à utilisé la social-démocratie pour créer des illusions et manipuler les gens. Ainsi après 1981, la social-démocratie tout en soutenant en apparence l'accord qu'elle avait signé avec le PCF 9 ans auparavant a mené une campagne idéologique de masse sur les « gagneurs » qui consistait à expliquer qu’on ne pouvait plus changer la société mais que chacun pouvait réussir avec la figure de Bernard Tapie, puis celle d’Yves Montand qui dénonçant les pays du socialisme réel participait aussi à renforcer l’idée qu’il était illusoire de vouloir transformer la société radicalement.
Dans ce mouvement qui accompagnait la concentration du capital il a fallu effectivement détruire les coopératives et préparer les esprits au libéralisme ce qui ne fut pas trop compliqué du fait du recul idéologique chez les gens qui ont de plus en plus renoncer au combat collectif et opter pour une vision individualiste de la vie avec l’illusion mortelle de pouvoir tirer son épingle du jeu capitaliste.
Cette offensive de la grande bourgeoisie capitaliste contre l'existence d'un parti de la classe ouvrière en France est inséparable de sa lutte contre les pays du socialisme réels parce que ces derniers représentaient des obstacles à sa domination mondiale et un appui conséquent aux mouvements de libération nationale . L'équilibre de la terreur nucléaire, ne pouvait pas permettre d'engager une guerre frontale contre l'Union soviétique, il fallait par conséquent utiliser ses contradictions et mener le combat de l'intérieur ce qui n' a peut être pas été suffisamment perçu par les travailleurs des pays socialistes et surtout par les dirigeants communistes soviétiques qui au lieu de développer la démocratie socialiste à un niveau supérieur, l'ont corsetée et enfermée dans le minimum qui a prévalu durant les décennies de la révolution et de la guerre. Le stalinisme ne peut être analysé comme le produit de la volonté politique d'une seule personne, mais comme le produit d'un contexte où des forces diverses se sont affrontées dans la toute jeune classe ouvrière développée par le socialisme lui même. Confrontés à la menace permanente de l'impérialisme américain et de ses alliés, l'URSS a dû participer malgré elle à une course aux armements qui a épuisé un système productif qui aurait du initialement répondre aux besoins de tous les soviétiques, car si l'industrie avait fait un bond considérable entre 1930 et 1960 elle a trouvé ses limites de développement par les gâchis de l'industrie de guerre contre l'industrie de paix et donc du socialisme lui-même.
Pour les marxistes la politique est toujours le reflet du mode de production et c'est dans ce mode de production tel qu'il est et qu'il évolue qu'il faut chercher la nature de l'affrontement de classe, des forces politiques à un moment donné. A notre époque impérialiste c'est le critère essentiel qui va différencier les révolutionnaires des autres : les révolutionnaires se prononcent pour un mode de production de type socialiste où ce sont les travailleurs qui possèdent et dirigent les moyens de production, les autres fores politiques s'opposent, elles, au socialisme même si certaines s'en réclament (Examinez les programmes du PS ou de la FI et vous verrez que ces organisations n'annoncent aucune mesure pour que les grands moyens de production soient socialisés et dirigés par les travailleurs. Quant au PCF, il entreprend une démarche intéressante , un premier pas, mais de mon point de vue insuffisant, quand il appelle à la lutte pour la Sécurité Emploi Formation des travailleurs, démarche intéressante car elle part des besoins essentiels d'emploi et de formation des gens et de la bataille à engager pour leur financement mais elle ne sera d'autant plus efficace que si on agit aussi pour que les grands secteurs de l'économie nationale soient maitrisés par la nation et par les travailleurs et donc par une socialisation de la propriété de ces moyens de production. Cependant c'est dans la pratique de la lutte que l'on va construire et vérifier que cette proposition de Sécurité-emploi-formation peut devenir un outil utile dont vont s'emparer les travailleurs, qui confrontés à la catastrophe des plans massifs de destruction d'activité et d'emplois vont obligatoirement devoir plus et mieux s'organiser en développant une stratégie qui combatte les réponses apportées par les capitalistes.
La conjonction du recul de la conscience de classe initiée par l'offensive mitterrandienne contre le PCF et l'offensive plus générale de l'impérialisme contre les pays du "socialisme réel" a permis la victoire idéologique du libéralisme et l'adhésion ou au moins le fatalisme des gens à celui-ci.
Toute cette période a abouti au Hollandisme voie de transition vers le Macronisme qui est la victoire momentanée du Neo-libéralisme à la française.
Il s'agit donc pour les communistes d'analyser les erreurs qui ont conduit à ce désastre qui se traduit pour l'humanité à des conflits et des guerres, des répressions et attaques de l'impérialisme contre tout peuple ou régime qui ne se soumet pas. Parmi ces erreurs sans doute de penser que le socialisme serait sur une voie radieuse dès lors qu'il conquiert le pouvoir sans poser la question de la nature du pouvoir lui-même. C'est même la question centrale qu'il est nécessaire de se poser pour la conquête du pouvoir. Il est illusoire et même dangereux de développer l'électoralisme et d'accréditer l'idée qu'il suffirait de remporter des victoires électorales voire même de changer les institutions pour construire une société véritablement socialiste qui réponde aux besoins des hommes et de l'environnement !
Tout projet de transformation de la société qui ne prend pas en compte la nature même du mode de production, la question de la propriété des moyens de production et leur gestion par les producteurs eux-mêmes est à notre époque un leurre, une bouffonnerie dangereuse, une impasse mortelle pour le peuple tout entier.
C'est la raison pour laquelle les travailleurs, ont un impératif face à la crise du capitalisme, c'est de contester au capital sa domination, son droit de diriger la société et l'économie puisque la crise du capital conduit à l'appauvrissement du prolétariat et à la guerre alors que l'Humanité a atteint un tel niveau de capacités productives qu'on devrait voir tous les besoins élémentaires de l'Humanité être satisfaits et que la Paix soit devenue le principe universel fondé sur une coopération entre des peuples qui ne se feront plus concurrence. C'est dans cette contestation politique forte que les travailleurs les plus conscients qui doivent s'investir dans le syndicalisme de classe notamment dans la CGT et sur le plan politique dans le PCF pour y faire prévaloir les positions révolutionnaires, peuvent démontrer au peuple qu'on peut construire des solutions dès lors que ce sont les producteurs eux-mêmes qui luttent pour que l'argent aille vers l'emploi et non vers l'accumulation capitaliste. Pour que la productivité du travail soit plus forte et orientée vers la satisfaction des besoins des gens et de la société. Cette lutte est la garantie d'une élévation du niveau démocratique des prolétaires puisqu'elle les conduit à devenir non pas des gestionnaires du capital mais des gestionnaires de la société toute entière. Elle prépare à l'indispensable phase historique de l'apprentissage et de la construction d'une démocratie de forte participation du peuple parce qu'il fera l'expérience que par son intervention il apporte les solutions aux problèmes auxquels la société est confrontée.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog