Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

QUE PEUT-ON ENTENDRE PAR RECONQUÊTE DU PCF ?

Il faut être bien clair. Que signifie la reconquête pour le PCF ? La reconquête de quoi ? Ces généralités n'ont aucun sens. Reconquérir quoi et pour quoi faire ? Si c'est pour participer à un jeu électoral qui crée des illusions ou qui met les citoyens en dehors des décisions politiques qu'il faut prendre contre le capital cela n'a strictement aucun intérêt.
Interrogeons-nous très concrètement : dans telle ou telle section, ou fédération du PCF peut-on citer des actions citoyennes qui ont permis des avancées pour les gens ? Certainement mais sont-elles suffisamment nombreuses pour créer un mouvement d'ensemble qui fasse reculer le pouvoir ? Non. Pourtant c'est à cela que nous devons nous consacrer au premier chef avant d'être obnibulé par les questions de reconquête électorale et de combinaisons politiciennes avec les organisations de nature réformiste que sont le PS, EELV et la France insoumise.

Si l'utilité du PCF se résume à mener des campagnes électorales pour fonder essentiellement son activité sur la gestion des collectivités sans la constitution d'organisations combattantes du peuple, sans foyers d'action populaire et conscients de la lutte de classe que sont des cellules communistes qu'il nous faut impérativement re-créer partout, le PCF continuera son déclin car il apparaitra uniquement comme tous les autres partis, un gestionnaire contestataire mais un gestionnaire de l'Etat, certes moins pire que les autres, mais un gestionnaire défenseur d'un Etat en déliquescence dont le libéralisme est en train de liquider ce que les conquêtes ouvrières sous la forme de de services publics et de sécurité sociale avaient pu imposer à la bourgeoisie. Celle-ci à la faveur de la division des salariés, de l'offensive de l'impérialisme ayant abouti à la destruction de l'URSS, a réussi à affaiblir le camp de la classe ouvrière et à destructurer la nation française dans ce qu'elle avait de plus progressiste en privatisant et en démolissant toutes les conquêtes que certains nomment de façon un peu rapide "le communisme déjà-là".

Car cette sécurité sociale, cette éducation publique de masse, cet hôpital public, ces droits des travailleurs conquis à l'époque d'un parti communiste de combat ancré dans le peuple, tout ce qui pouvait préfigurer une société nouvelle est en train d'être détruit à vitesse grand V. En effet notre époque est caractérisée par le fait que le capitalisme entre dans une crise profonde inédite qui confirme la baisse tendancielle du taux de profit et que le capital doit nécessairement pour tenter de la juguler détruire une partie des forces productives et d'abord tout ce qui constitue ces conquêtes uniques et spécifiques à notre nation représentant des atouts considérables car elles sont non seulement insupportables économiquement mais aussi politiquement par le capital. Elles préfigurent la possibilité d'une société de solidarité dirigée par ceux qui produisent les richesses, c'est à dire une société socialiste construisant le communisme.
 
La crise sanitaire a permis au capital d'accélérer le processus de destruction : il suffit de voir dans chacun de nos territoires le désastre des licenciements. Macron parlait de guerre et il avait raison : c'est la guerre du capital contre le travail. Or si le PCF en reste aux anciennes dérives catastrophiques de la mutation huiste de Robert Hue poursuivies et encore défendues par des dirigeants qui ont agi pour la suppression des cellules comme base militantes et populaires, le parti disparaîtra.

Le croisement entre le défaitisme face à la victoire momentanée de l'impérialisme sur le socialisme et l'illusion que des alliances électorales permettraient au minimum de conserver l'existence d'un parti communiste, n'a fait qu'éloigner le parti des couches populaires et surtout de la classe ouvrière qu'il fallait au contraire aider en maintenant fermement l'organisation des cellules au plus près des gens. La mutation huiste a permis à un certain nombre d'opportunistes de transformer l'organisation révolutionnaire en parti de "communication " qui devait s'adapter à l'ère numérique, mais surtout qui devait emboiter le pas à la propagande dominante des sociaux-démocrates et des réformistes dans des buts strictement électoraux. Cette dérive a été clairement démontrée par le fait que ces 30 dernières années n'ont pas été de la part du PCF un moment de profonde analyse critique des transformations capitalistes, ni de l'action de l'impérialisme contre les expériences socialistes dans le monde, ou ce travail a été d'une telle insuffisance qu'on en est arrivé à des inepties utilisant la destruction- effondrement de l'URSS pour adopter des positions non marxistes notamment à l'international, avec des conséquences très dommageables dans le peuple pour qui l'expérience de l'URSS a été assimilée à l'echec du communisme sans que nous ne soyons capables et armés pour démontrer que le capital présentait une simplification caricaturale des réalités et qu'il s'agissait des conséquences de la lutte de classe au niveau international. Par opportunisme le courant huiste a préféré adopter et faire adopter les thèses de la bourgeoisie de gauche et de droite sur l'inéluctabilité de l'effondrement des pays socialistes du fait de leur fondement marxiste.
D'ailleurs je suis effaré par le manque d'esprit critique et d'analyse marxiste de certains responsables du PCF qui parlent comme les populistes réformistes de la France insoumise, de résultats électoraux à 2% si le PCF présentait un candidat à la présidentielle, emboitant le pas à l'idéologie dominante selon laquelle les élections seraient déjà faites puisque les sondages l'ont décidé. Quelle honte de raconter de telles bêtises et de ressasser des idées aussi affligeantes ? Jamais je n'avais vu un tel niveau d'imprégnation de la doxa bourgeoise dans le PCF. Mêlez nos voix aux pires réactionnaires de la bourgeoisie et désespérer les travailleurs en les poussant encore une fois dans des alliances politiciennes dans lesquelles il n'y a strictement aucun débat sur les enjeux mondiaux de la crise capitaliste et sur leurs conséquences sur notre nation ? Aucun débat sur la crise impérialiste, la montée en puissance de la Chine et les divisions et graves faiblesses de l'Union Européenne ? Aucun débat sur la stratégie du PCF qui se limiterait à tenter de reprendre une influence électorale sans à aucun moment se poser la question de ce que doit être un parti communiste dans cette situation historique inédite comme si le monde n'avait pas changé depuis 2017 ?
 
Si le PCF ne présente pas de candidat aux diverses élections , c'est une évidence qu'il disparaitra non pas parce qu'il n'aura pas de candidat, mais d'abord et avant tout parce qu'il se privera du fondamental, qu'il ne mènera jamais campagne sur ce que doit être une politique révolutionnaire de notre temps ni sur ce que doit être le parti révolutionnaire dont notre peuple doit disposer.
La bourgeoisie nous présente son piège de l'élection présidentielle, pur produit de l'anti-démocratie et nous nous participerions à cette mascarade en effaçant notre candidat, c'est à dire en ne se dotant pas les moyens de critiquer cette machine à tuer la démocratie qu'est cette élection et en continuant comme nous l'avons fait deux fois de suite à semer des illusions sur des populistes ? C'est complètement irresponsable vue la situation que connaît le pays.
Les expériences Mitterrand et Hollande n'ont pas suffi ? On veut en remettre une louche et se discréditer encore davantage auprès des travailleurs les plus conscients qui resteront dès lors à la maison et auprès des couches populaires qui ne seront mobilisées que dans l'illusion d'une victoire par défaut et non sur un projet communiste.
Si tel était le choix des communistes, en ce qui me concerne je ne participerais plus jamais à des campagnes électorales qui feront disparaître candidat et programme communiste et qui présenteront les élections comme un jeu politique. Tout l'enjeu est de regagner la classe ouvrière et les classes populaires à participer aux luttes, à la vie démocratique, à toutes les solidarités populaires, pour que les gens puissent avoir une perspective de transformation et non pas de choix entre Car au bout de ce jeu macabre du capital ce sont des morts et la destruction de notre nation qui se trament.

Tout l'enjeu est de regagner la classe ouvrière et les classes populaires à participer aux luttes, à la vie démocratique, à toutes les solidarités populaires, pour que les gens puissent avoir une perspective de transformation et non pas le choix entre un capitalisme neo-fasciste et un capitalisme libéral ou entre un capitalisme libéral et un capitalisme social-démocrate et populiste. Il faudra du temps, beaucoup de travail sur le terrain pour reconstruire le PCF de lutte de classe et ce n'est pas à l'aune de pourcentages électoraux que tout cela se jugera mais dans la capacité de promouvoir l'action démocratique et révolutionnaire du peuple.
C'est pourquoi, les questions qui fâchent au sein du parti ne doivent pas être glissées sous le tapis. Que les bouches s'ouvrent et qu'elles le fassent aussi avec nos oreilles, celles d'écouter les gens, et les travailleurs au premier chef.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog